top of page
  • Photo du rédacteurMatthieu JARRY

Dis papa « ça existe les licornes » ?

Dernière mise à jour : 8 sept. 2023


Une petite fille déguisée en licorne

Ma fille m’a souvent demandé si les licornes existaient. Ca m’a toujours passionné de voir à quel point cette créature fascine grands et petits…

Rien de plus normal pour les petits qui ont envie de croire à l’extraordinaire (ou qui sont encouragés à y croire par les grands)…

Après normalement quand on est « grand », on sait que le père noël n’existe pas et qu’il n’y a aucune petite souris qui vient récupérer une dent et placer une pièce à la place !


Alors pourquoi les adultes se sont mis à croire aux licornes ?


Les mythes et les légendes partent souvent d’histoires un peu amplifiées, et c’est d’ailleurs comme ça que les licornes sont apparues dans notre civilisation. Lorsque le monde était encore inconnu et que des explorateurs s’y sont aventurés, ils ont découvert des animaux qu’ils n’avaient jamais vu ailleurs, comme le rhinocéros où l’antilope, qui n’avaient qu’une seule corne… Les découvertes ont été contées, déformées et c’est de là que les premières traces des licornes sont apparues dans les écrits (version qui reste contestée mais que j’aime bien).


L’histoire est un peu la même pour les grands avec ces premières startups américaines qui ont commencé à être valorisée très chères alors qu’elles ne gagnaient pas encore d’argent. La plus connue est bien sur Amazon qui a été introduite en bourse en 1997, et qui pendant 15 ans a perdu de l’argent. Les articles qui prédisaient la fin tragique de la société n’ont pas manqué… mais à la fin, c’est bien Jeff Bezos qui a gagné, et qui par ce fait d’arme a nourri l’inconscient collectif du « on peut perdre de l’argent pendant 15 ans, et devenir un jour un géant mondial hyper profitable »…. Une histoire qui a porté toute la tech pendant des années… et qui a créé beaucoup de désillusions.



Qu’est-ce qu’une licorne dans l’univers startup ?


Par définition une licorne est une startup qui est valorisée plus d’un milliard. On ne parle pas de vente de la société, ni de valorisation sur des multiples d’EBITDA (rentabilité) mais de valorisation sur une levée de fonds (je lève 250 millions sur une valorisation Pré-Money de 800, je deviens une licorne, car ma valeur est supérieure à un milliard).


Pour le Venture, une licorne c’est une société qui lève beaucoup d’argent, qui n’a pas beaucoup de revenus, mais sur laquelle les investisseurs parient que sur le long terme, elle deviendra le leader de son marché par sa disruption.


Amazon, encore, est le parfait exemple de la disruption d’un marché, si profonde qu’il a fallu des années, et des milliards pour faire changer les habitudes de consommation de milliards d’individus partout dans le monde. Mais cette disruption les a placé en situation de quasi-monople sur un marché titanesque…

Alors oui, le jeu en valait la chandelle… Le risque était énorme, ce qui a entraîné des gains records pour les investisseurs.


Mais est-ce qu’il y a autant de marchés titanesques à disrupter qu’il existe (ait) de licornes en France et dans le Monde ?


La réponse est sans le moindre doute non…`


Des réveils difficiles


Comme dirait notre cher Warren, « c’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus »… En d’autres mots, c’est quand les liquidités diminuent qu’on voit les startups qui sont vraiment sur la disruption d’un marché énorme versus les startups qui ont beaucoup levé, qui ont peu de revenus, et dont on commence à beaucoup douter sur un réel exit.


Luko l’assurance nouvelle génération qui vient de se faire racheter 11M d’euros après avoir levé 72M (et raté sa dernière levée de 100M) en est le parfait exemple. Ce n'était pas une licorne (sa dernière valorisation était seulement de 250M) mais elle suivait la trajectoire de toutes celles qui devaient l'être.


Est-ce qu’il faut arrêter de croire aux licornes ?


Je crois qu’il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse, l’important est de savoir qu’elles sont rares, et elles ne sont pas à la portée de tous comme beaucoup ont voulu nous le faire croire…


De notre côté chez The Moon Venture, que ça soit avant ou maintenant, on a toujours pensé et proclamé que les licornes c’était pas pour nous, que nous étions des trop petits joueurs…


En effet, notre modèle est de rester lead le plus longtemps possible, mais comment l’être sur des stratégies qui demandent des dizaines et des dizaines de millions d’euros levés les premières années, quand nous investissons de notre côté 10M par an en 2022 ?


Ces stratégies sont accessibles aux fonds qui gèrent des centaines de millions d’euros, mais comment penser qu’un particulier ou un petit acteur puisse en être ? Comment luter face à ces très gros fonds ?


C'est aussi le mirage qu'on était en train de créer... Les licornes arrivent par centaine, tout le monde va pouvoir en profiter... Dès 100€...


Cash is king


Des Luko, il va y en avoir des dizaines dans les prochains mois… Toutes ces startups qui ont laissé courir leur cashburn suite à de grosses levées, et pour lesquelles la croissance du CA n’a pas été au rendez-vous vont vivre des heures sombres… et beaucoup ne verront pas l’hiver…


C’est sur ce point, ou il est important de revenir, d’insister et d’en tirer les leçons pour l’avenir.

Dans beaucoup trop de cas, des startups ont dépensé massivement des sommes importantes sans se soucier de l’impact réel sur leur croissance, sans chercher avec obsession la rentabilité, en se disant que dans tous les cas, ils pourraient lever à nouveau et se refaire…


En ça le monde a changé, et c’est tant mieux car c’est aussi toutes les dérives pointées du doigt quand on parle de la startup nation… L’argent est rare, précieux, il faut le dépenser intelligemment.


Bien entendu comme tout effet balancier, on risque de passer d’un extrême à un autre, et ça sera à nouveau dangereux car des licornes qui mériteraient de le devenir resteront au stade de projet… Mais c’est ainsi après les lendemains qui chantent…


Nos succès ne sont pas des licornes


Quant à nous, quand on regarde nos startups qui cartonnent, ça ne sont pas des licornes ou des futures licornes… On imagine parfois des exits à 50, 150, 200M, mais ces rêves se font sur des BP solides, avec des multiples d’EBITDA, pas sur l’espoir qu’elles soient un jour rachetées par Google ou Amazon…


Alors on regarde aussi avec distance ce qui se passe…


Sans avoir changé nos critères, sans avoir diminué le montant de nos investissements... En essayant d'être constant... parce que certes nous ne sommes qu'une goutte dans cet océan du Venture, mais la mission confiée par nos investisseurs Grands Dirigeants et Entrepreneurs à succès est sur du long terme...


Et pour finir par où j’ai commencé, à titre personnel, il m’arrive encore d’acheter des peluches licornes, en expliquant à mes filles que oui elles n’existent pas, mais c’est vrai qu’elles sont drôlement jolies avec toutes leurs couleurs et cette unique corne !

Comments


bottom of page